• Ordonnance comprise
  • Médicaments authentiques
  • Service tout compris- aucun frais cachés
  • Livraison en un jour ouvré
Accueil / Contraception / Efficacité de la contraception – Les 4 raisons de l'échec de la contraception

Efficacité de la contraception – Les 4 raisons de l'échec de la contraception

La contraception est importante. Il s'agit d'une chose sur laquelle vous voulez être sûr(e) de pouvoir compter. La plupart des contraceptifs hormonaux fonctionnent plus de 98 % du temps, et heureusement, les échecs des contraceptifs hormonaux sont plutôt rares. Cependant, il arrive effectivement que n'importe quelle méthode puisse échouer. Même avec une utilisation parfaite, un stérilet en cuivre échoue dans 0,6 % des cas, tandis que les spermicides échouent dans 18 % des cas. Les taux d'échec en cas d'utilisation normale sont encore plus élevés.

Différentes méthodes fonctionnent mieux pour certains couples et sont influencées par des facteurs tels que la fréquence des rapports sexuels, les effets secondaires de médicaments et les préférences personnelles. Quelle que soit la méthode que vous utilisez, suivez toujours les conseils de votre médecin, faute de quoi vous risquez d'en compromettre l'efficacité.

Poursuivez votre lecture pour connaître les 5 principales raisons pour lesquelles les méthodes contraceptives échouent et ce que vous pouvez faire pour éviter ça.

Erreur d'utilisation

Une erreur d'utilisation est de loin la raison la plus courante de l'échec d'une méthode contraceptive. Même la méthode la plus efficace ne fonctionnera pas si les instructions ne sont pas bien suivies. Ne pas prendre sa pilule ou ne pas appliquer correctement un patch diminue ses effets. Selon le produit, votre corps a besoin d'une dose régulière d'oestrogènes et de progestatifs pour que les effets durent tout au long du mois. En l'absence de ces hormones, votre corps arrête les processus qui empêchent la grossesse. Vous commencez à ovuler, la muqueuse de votre utérus s'épaissit, ce qui facilite la pénétration des spermatozoïdes, et le mucus recouvrant votre col de l'utérus s'amincit.

L'oubli d'une seule prise ne garantit pas que vous tomberez enceinte, même si le risque augmente considérablement. L'oubli de plus d'une pilule est un problème plus important ; vous devez alors partir du principe que les effets contraceptifs ont disparu. Si vous prenez un contraceptif hormonal oral, telle qu'une pilule combinée ou une pilule micro-dosée, il est très facile d'oublier de prendre votre pilule quotidienne, c'est pourquoi beaucoup de femmes préfèrent programmer une alarme.

La meilleure façon de vous assurer que vous prenez correctement votre contraceptif est de lire la notice-patient. Celle-ci contient tout ce que vous devez savoir sur un médicament, ses effets secondaires et son mode d'utilisation. En cas de doute, consultez votre médecin ou un professionnel de la santé, comme un gynécologue.

Interactions entre les médicaments

Les antibiotiques

Les antibiotiques sont un type de médicament prescrit pour traiter les infections bactériennes. Ils aident votre système immunitaire à éliminer les infections en interférant avec les fonctions des cellules bactériennes. Malheureusement, ils peuvent aussi interférer avec les contraceptifs hormonaux que vous utilisez.

Deux antibiotiques inducteurs enzymatiques, la rifampicine et la rifabutine, ont notamment été identifiés comme influençant l'efficacité des contraceptifs. Ceux-ci sont généralement prescrits pour traiter la tuberculose et la méningite.

Ces médicaments augmentent la production d'enzymes dans votre corps qui, ensuite, décomposent les hormones. Etant donné que l'oestrogène et la progestérone sont des hormones, et les composants essentiels des contraceptifs, le risque est que ces antibiotiques empêchent la pilule d'avoir le moindre effet.

En fait, un rapport mené par la Medicines and Healthcare products Regulatory Agency (MHRA) a révélé que l'incidence des grossesses non désirées était treize fois plus élevée chez les femmes prenant de la rifampicine et de la rifabutine.

Même s'il s'agit des suspects habituels parmi les antibiotiques, ça ne veut pas dire que d'autres médicaments n'affecteront pas le fonctionnement de vos contraceptifs. Par conséquent, vous devriez toujours informer votre médecin de tous les antibiotiques que vous prenez quand il vous prescrit un contraceptif.

Les autres médicaments

Si vous souffrez d'épilepsie et que vous prenez des médicaments antiépileptiques, demandez à votre médecin comment ils peuvent affecter les contraceptifs hormonaux. De nombreux antiépileptiques, mais pas tous, sont des inducteurs enzymatiques.

La même chose peut être constatée pour certains médicaments contre le VIH. Toutes les femmes vivant avec le VIH peuvent utiliser toutes les formes de contraception, bien qu'elles doivent être conscientes du risque accru de grossesse si elles n'utilisent pas une méthode barrière en même temps qu'une contraception hormonale.

Il est important d'informer votre médecin de tous les médicaments que vous prenez, mais s'il s'agit de remèdes faits maison. Le millepertuis en est un exemple. Il s'agit d'un traitement populaire à base de plantes, couramment utilisé pour les problèmes de santé mentale comme la dépression et l'insomnie. Malheureusement, il augmente également la vitesse à laquelle les oestrogènes sont métabolisés.

Photo de différents médicaments

Arrêter l'allaitement

Si vous venez d'être mère et que vous allaitez toujours votre enfant, vous constaterez que vous n'avez pas vos règles. Quand vous allaitez, votre corps produit davantage d'une hormone appelée gonadotrophine. En réponse, vos ovaires cessent de libérer des ovules, ce qui signigie pas de grossesse. Toutefois, dans certains cas, votre corps peut continuer à produire des ovules. Comme pour toutes les méthodes contraceptives, il existe un taux d'échec. Parlez-en à votre médecin pour plus de précisions.

Si vous décidez d'avoir des rapports sexuels durant cette période, vous n'aurez pas nécessairement besoin d'utiliser des contraceptifs, même si c'est recommandé, car vous utilisez la méthode de l'aménorrhée lactationnelle. Cependant, par souci de sécurité et pour vous protéger des maladies sexuellement transmissibles (MST), vous voudrez peut-être tout de même éviter les rapports sexuels non protégés et utiliser une méthode de contraception barrière (comme un préservatif masculin ou féminin).

Le risque lié à l'aménorrhée lactationnelle survient quand vous arrêtez d'allaiter ; les effets contraceptifs ne durent que tant que vous produisez de la prolactine et de la gonadotrophine. Au bout de six mois, ou dès que vous introduisez des aliments solides dans l'alimentation de votre enfant, vous devriez avoir une conversation avec votre médecin au sujet de votre contraception, car votre cycle mensuel va redémarrer.

Une mère allaitant son enfant

Vomissements et diarrhée

Les dispositifs intra-utérins (DIU), le patch, l'anneau vaginal, l'implant contraceptif et les autres contraceptifs non oraux ne sont pas affectés par les vomissements et la diarrhée. Les méthodes orales, c'est autre chose.

Afin que les contraceptifs oraux puissent agir, ils doivent être digérés avant de passer dans le sang. Ce processus prend du temps, pas beaucoup, mais suffisamment pour qu'un estomac irrité puisse avoir un impact sur leur efficacité. Si vous vomissez ou avez la diarrhée dans les deux heures suivant la prise d'une pilule contraceptive (micro-dosée et combinée), considérez que la prise a été manquée.

Si vous vomissez ou avez la diarrhée sur une période de 24 heures, comptez chaque jour où vous avez été malade comme une prise manquée. Continuez de prendre votre pilule comme d'habitude, cependant il est fort probable que vous ne soyez pas protégée. Consultez les informations contenues dans la notice-patient ou contactez votre médecin pour obtenir des instructions concernant votre pilule contraceptive en particulier.

Utilisez également un contraceptif barrière (préservatif) pendant sept jours après avoir été malade. La raison est la suivante : il faut deux jours à la pilule micro-dosée pour augmenter la consistance de la glaire cervicale, mais sept jours pour stopper complètement le processus d'ovulation.

Sachez également que les périodes de vomissements et de diarrhée peuvent avoir un impact sur le fonctionnement de la contraception d'urgence. Si vous avez des doutes à propos de l'utilisation de votre contraception, il serait prudent d'envisager des tests de grossesse jusqu'à ce que vous fassiez entièrement confiance à la méthode que vous avez choisie.

Une femme en train de vomir dans un lavabo

Pour plus d'informations sur la santé reproductive, les différents moyens de contraception[1] , et les infections sexuellement transmissibles (IST), vous pouvez consulter les différentes pages d'euroClinix sur les affections et les médicaments ; il suffit de naviguer sur le site avec la barre de menu en haut de cette page.

Révisé médicalement par
Dr. Caroline Fontana Rédigé par notre équipe éditoriale
Dernière révision 06-10-2021
  • Sélectionnez
    le traitement

  • Remplissez
    le formulaire médical

  • Le médecin envoie
    l'ordonnance

  • La pharmacie
    expédie les médicaments