• Ordonnance comprise
  • Médicaments authentiques
  • Service tout compris- aucun frais cachés
  • Livraison en un jour ouvré
Accueil / Contraception / Peut-on encore prendre une contraception hormonale à la quarantaine ?

Peut-on encore prendre une contraception hormonale à la quarantaine ?

Découvrez quelles sont vos options de contraception

En vieillissant, nous commençons à réfléchir beaucoup plus à notre santé. Une chose à laquelle vous ne pensez peut-être pas est votre contraception, pourtant, elle est tout aussi importante. Il est encore possible de tomber enceinte à la quarantaine, donc si vous n’utilisez aucune contraception, vous êtes autant à risque qu’une personne de 20 ans. Mais si vous avez utilisé une contraception hormonale, vous vous demandez peut-être si vous pouvez encore la prendre. Nous allons parler de la contraception hormonale à la quarantaine, de la ménopause et des alternatives qui s’offrent à vous chez euroClinix.

Femmes d’âge moyen discutant et riant ensemble.

Pendant combien de temps une femme doit-elle avoir recours à la contraception ?

Le taux de fertilité des femmes diminue considérablement à la fin de la trentaine. Cela est dû au fait que les femmes naissent avec environ 1 à 2 millions d’ovules, un nombre qui se réduit à environ 400 000 au moment où vous commencez à avoir vos règles. À chaque ovulation, des centaines d’ovules sont décomposés et absorbés par votre corps, ce qui signifie que seuls les ovules sains survivent. Cela signifie que votre réserve d’ovules a considérablement diminué à l’âge de 30 ans.

Des études montrent qu’à cet âge, les femmes ont 20 à 25 % de risques de tomber enceintes à chaque cycle. Il y a donc toujours une probabilité, il est donc primordial que vous continuiez à utiliser un moyen de contraception même à la quarantaine. Cependant, les femmes de cet âge doivent être guidées différemment. En effet, les risques liés à l’utilisation de certains contraceptifs sont plus élevés à mesure que vous vieillissez.

Main portant un gant rose tenant des pilules contraceptives à côté d’un modèle 3D d’un utérus.

À quel âge une femme peut-elle arrêter son traitement contraceptif ?

En un mot, oui ; les femmes dans la quarantaine peuvent utiliser une contraception hormonale. En fait, elle peut présenter plusieurs avantages pour les femmes de cet âge qui ont des règles irrégulières ou douloureuses. Cependant, les contraceptifs

Si vous utilisez déjà une contraception hormonale, il peut être difficile de dire quand la ménopause est installée, car vos niveaux d’hormones sont affectés. Mais, en général, après l’âge de 55 ans, vos chances de grossesse sont très faibles, même si vous continuez à avoir des règles.

Peut-on utiliser une contraception hormonale à la quarantaine ?

En un mot, oui ; les femmes dans la quarantaine peuvent utiliser une contraception hormonale. En fait, elle peut présenter plusieurs avantages pour les femmes de cet âge qui ont des règles irrégulières ou douloureuses. Cependant, les contraceptifs hormonaux ne conviennent pas à bien des femmes de plus de 35 ans, et votre médecin en discutera avec vous avant que vous ne choisissiez d’en prendre un.

Si vous présentez un faible risque de complications, chaque type de contraceptif hormonal peut être pris en toute sécurité en fonction de votre tranche d’âge.

Vous pouvez recourir à la pilule combinée, à l’anneau vaginal (NuvaRing), l’injection contraceptive, ou le patch contraceptif jusqu’à l’âge de 50 ans. Selon FSRH Clinical Guidelines, la meilleure pilule contraceptive pour les femmes de 40 ans est une pilule contraceptive orale combinée (COC) qui contient une faible dose de l’œstrogène synthétique éthinylestradiol (30 mcg ou moins) ainsi que de la progestérone synthétique lévonorgestrel ou noréthistérone. Cela inclut les pilules combinées telles que Microgynon et Logynon. Cependant, les femmes âgées de 50 ans ou plus ne devraient pas prendre de pilule combinée.

La minipilule (pilule progestative) et l’implant peuvent être utilisés jusqu’à 55 ans. Le système intra-utérin (SIU) peut également être utilisé en toute sécurité entre 40 et 55 ans. Si vous vous faites poser un SIU à 45 ans, vous pouvez le laisser en place jusqu’à la ménopause. Cependant, il ne faut pas le laisser indéfiniment, car cela peut vous exposer à un risque accru d’infection.

Vous pouvez également continuer à utiliser la contraception d’urgence après un rapport sexuel non protégé si nécessaire.

Vous avez besoin de renouveler votre ordonnance de contraception?

Pour en savoir plus,
cliquez ici

La durée pendant laquelle vous pouvez prendre des contraceptifs hormonaux:

Les contraceptifs hormonaux que vous pouvez utiliser jusqu’à 50 ans Les contraceptifs hormonaux que vous pouvez utiliser jusqu’à 55 ans
  • La pilule combinée
  • Le patch contraceptif
  • L’injection contraceptive
  • L’anneau contraceptif
  • La minipilule
  • L’implant contraceptif
  • Le SIU (par exemple, Mirena)
  • La pilule d’urgence

Peut-on utiliser le DIU à la quarantaine ?

Bien qu’il ne s’agisse pas d’une méthode de contraception hormonale, le dispositif intra-utérin en cuivre (DIU en cuivre) peut être utilisé à partir de la quarantaine. Comme le SIU, il peut être utilisé et rester en place jusqu’à un an après vos dernières règles.

Quels sont les risques liés à l’utilisation d’une contraception hormonale à la quarantaine ?

L’utilisation de contraceptifs hormonaux chez les jeunes femmes s’accompagne d’un faible risque de complications graves. Cependant, plus vous les utilisez longtemps et plus vous vieillissez, plus ces risques deviennent prépondérants, surtout si vous utilisez une pilule contraceptive orale combinée.

Les deux principaux risques que vous devez prendre en compte lorsque vous envisagez une contraception hormonale à la quarantaine sont les caillots sanguins et le cancer.

Caillots sanguins

La coagulation du sang est un processus naturel propre à votre organisme, destiné à cicatriser les vaisseaux sanguins et à prévenir les saignements excessifs. Généralement, ces caillots se dissolvent naturellement à mesure que la blessure guérit. Cependant, il arrive qu’un caillot sanguin se forme à l’intérieur d’une artère et ne se désagrège pas, ce qui peut potentiellement devenir une situation dangereuse.

Les caillots sanguins anormaux se produisent le plus souvent dans la jambe, une condition connue sous le nom de TVP (thrombose veineuse profonde). Le caillot peut également se détacher et se déplacer vers les poumons, limitant de façon critique la circulation sanguine. C’est ce qu’on appelle une EP (embolie pulmonaire).

Les contraceptifs hormonaux peuvent provoquer des caillots sanguins. En fait, certaines études ont révélé qu’ils peuvent augmenter le risque jusqu’à 9 fois plus que chez les personnes qui n’en utilisent pas. Toutefois, la recherche a révélé que l’âge est également un facteur de risque important de caillots sanguins. Ainsi, lorsqu’il est combiné à une contraception hormonale, le risque est encore plus élevé.

Si vous voulez prendre une pilule contraceptive orale et que vous avez plus de 35 ans, votre médecin veillera à s’assurer que vous ne présentez pas de risque de caillots sanguins, par exemple si vous:

  • Fumez
  • Consommez trop d’alcool
  • Souffrez d’hypertension artérielle
  • Êtes en surpoids
  • Présentez un risque élevé de maladie cardiovasculaire, d’accident vasculaire cérébral ou de crise cardiaque.
  • Avez des antécédents familiaux de caillots sanguins
  • Souffrez de migraines

Si vous n’êtes pas certaine que l’une de ces conditions ou l’un de ces facteurs pathologiques s’applique à vous, consultez votre médecin.

Image en 3D d’un caillot de sang dans un vaisseau sanguin.

Cancer

La contraception hormonale est également associée à un risque accru de certains cancers.

Le plus étudié d’entre eux est le cancer du sein. Des études récentes indiquent que les femmes qui utilisent un contraceptif hormonal, pourraient avoir 20% de risque plus élevé de développer un cancer du sein que les femmes qui n’en ont jamais pris. Ce risque augmente avec la durée de la prise, les femmes ne présentant pas de risque élevé après 10 ans sans utilisation d’un contraceptif oral.

L’autre principal type de cancer lié à la prise de contraceptifs hormonaux est le cancer du col de l’utérus. Des recherches montrent que les femmes qui ont recours à la pilule depuis 5 ans ou moins courent un risque accru de cancer de 10 %, le risque doublant après 5 à 9 ans d’utilisation. Cependant, comme pour le cancer du sein, le risque diminue progressivement après l’arrêt des contraceptifs oraux.

Cependant, les contraceptifs hormonaux n’augmentent pas le risque de développer tous les cancers. En fait, certaines recherches ont montré que l’utilisation de contraceptifs oraux réduit le risque de développer un cancer de l’endomètre, un cancer colorectal et un cancer des ovaires.

Si vous avez des antécédents familiaux de cancer du sein ou du col de l’utérus ou si vous présentez un risque élevé de développer l’un ou l’autre, votre médecin vous déconseillera probablement de prendre un contraceptif hormonal. Des saignements irréguliers ou des saignements vaginaux inexpliqués peuvent également être le signe de certains cancers. Votre médecin s’assurera donc que vous ne présentez aucun symptôme avant de vous prescrire un contraceptif.

Mains de femmes tenant des rubans roses.

Peut-on prendre des contraceptifs hormonaux pendant la ménopause ?

Même lorsque vous ressentez les premiers signes de la ménopause, (par ex. bouffées de chaleur, sueurs nocturnes, règles irrégulières ou sécheresse vaginale), vous pouvez continuer à prendre votre contraceptif hormonal. Cette période est connue sous le nom de périménopause, la transition naturelle vers la ménopause.

En fait, la prise d’un contraceptif hormonal peut aider à soulager les symptômes de la ménopause et à prévenir des complications comme l’ostéoporose. C’est pourquoi, dans certains cas, les femmes de moins de 50 ans peuvent se voir prescrire un contraceptif hormonal combiné comme alternative au THS.

Peut-on combiner contraception hormonale et THS ?

Le traitement hormonal substitutif (THS) est généralement le traitement de première intention pour les femmes ménopausées. Mais si vous souhaitez toujours utiliser une contraception hormonale, il existe certaines options.

Le SIU peut être utilisé parallèlement à un THS à base d’œstrogènes uniquement pour aider à protéger la muqueuse endométriale (utérus). Cette solution s’adresse aux femmes qui ont subi une hystérectomie.

Si vous suivez un traitement hormonal substitutif (THS) séquentiel, une forme de THS utilisée pour les femmes périménopausées qui ont encore des règles, vous pouvez utiliser n’importe quelle méthode à base de progestatifs (par exemple, la minipilule, l’implant et le SIU).

Vous devez toujours consulter votre médecin en premier lieu lorsque vous commencez à remarquer des signes de (ménopause, surtout si vous utilisez un contraceptif hormonal.

Femme prenant un comprimé de THS avec un verre d’eau.

Quelles sont les méthodes contraceptives les plus adaptées aux femmes âgées ?

Ce n’est pas parce que vous n’êtes pas en mesure de tomber enceinte que vous devez arrêter la contraception. En fait, les femmes plus âgées sont toujours exposées au risque d’infections sexuellement transmissibles (IST). Un article publié par l’organisation caritative Age UK a signalé une augmentation de 13 à 23% des diagnostics d’IST chez les personnes du troisième/quatrième âge entre 2014 et 2018.

Les méthodes de contraception les plus sûres pour les femmes âgées sont les méthodes dites barrières. Il s’agit de dispositifs qui empêchent physiquement le sperme de pénétrer dans le vagin, et qui peuvent vous protéger des IST. Parmi les méthodes barrière, citons:

  • Les préservatifs masculins
  • Les préservatifs féminins
  • La cape cervicale*
  • Le diaphragme*

*Ne protègent pas de manière fiable contre les IST.

Votre partenaire ou vous-même pouvez également choisir la stérilisation. Pour les hommes, cette procédure est connue sous le nom de vasectomie, pour les femmes, il s’agit d’une occlusion tubaire. Les deux procédures sont irréversibles, ce qui signifie que vous n’aurez plus jamais à vous soucier du risque de tomber enceinte.

Cependant, elle n’est généralement envisagée que pour les personnes de plus de 30 ans qui ont déjà eu ou qui n’auront probablement jamais d’enfants. Il s’agit d’une décision lourde de conséquences, vous devez donc en discuter longuement avec votre médecin. De plus, cette méthode ne vous protège toujours pas contre les IST. Il convient donc d’utiliser une méthode de contraception barrière si nécessaire.

  • Sélectionnez
    le traitement

  • Remplissez
    le formulaire médical

  • Le médecin envoie
    l'ordonnance

  • La pharmacie
    expédie les médicaments